Nos clients le savent : la qualité est notre préoccupation principale et constante. Bien sûr celle-ci ne se limite pas à la qualité du tirage que notre maître-tireur effectue mais s’étend à toutes les étapes depuis la commande jusqu’à la livraison. Cependant, la qualité de l’œuvre que nous produisons est sans nul doute le critère principal.

Ainsi, le choix du matériel est fondamental. Comme l’ébéniste choisit ses gouges et ses varlopes avec le plus grand soin, le tireur est lui aussi directement dépendant des performances de ses machines.

Le marché

L’avantage théorique de l’ajout de 2 couleurs, c’est l’augmentation de l’espace colorimétrique du vert au jaune et du jaune au rouge ainsi que la diminution sensible du grain dans les couleurs chair grâce au orange. Alors, si cet avantage est réel, pourquoi nombre de nos confrères utilisent encore des modèles à 8 encres et parfois même des modèles d’ancienne génération ? Tout simplement pour des raisons d’investissement. Ces machines de dernière génération sont beaucoup plus onéreuses à l’achat que les anciennes. Parmi les imprimantes les plus utilisées, on trouve des Stylus Pro 7890 ou 9890 (8 couleurs Ultrachrome HDR), très souvent des Stylus Pro 7880 ou 9880 (ancienne génération à 8 couleurs UltraChrome K3 Vivid Magenta) et parfois même des 7800 ou 9800 qui sont de veilles machines à 8 couleurs UltraChrome K3.

À notre connaissance, la totalité des labos de grande taille utilisent des EPSON Stylus Pro 11880. Ils privilégient ainsi le côté pratique (impression sur des rouleaux de très grande taille) au détriment de la qualité (Encres 8 couleurs K3 Vivid Magenta ou K3+).

Il est bon de noter qu’en plus de l’avantage d’espace colorimétrique théorique qu’apportent les modèles haut de gamme récents, de nombreuses améliorations sont ajoutées à chaque itération grâce aux recherches constantes effectuées dans le domaine du rendu des couleurs. Dégradés plus fins, nouvelles tables de répartition des gouttelettes d’encre, gouttelettes plus fines et tenue des couleurs dans le temps font partie des développement récents importants.

Maintenant, encore faut-il que cette amélioration colorimétrique théorique soit réelle et donc visible.

Les mesures

Pour le vérifier, nous avons réalisé le profil colorimétrique d’un même papier (TiragesPro Premium Photo Luster 270g) sur deux imprimantes. La première imprimante est une Epson Stylus Pro 3880. Cette imprimante récente est dotée d’une technologie à 8 couleurs mais commençant à dater. La seconde est une Epson Stylus Pro 9900 de dernière génération à 10 encres UltraChrome HDR. C’est une imprimante que nous utilisons tous les jours pour nos clients. Les mesures ont été réalisées à l’aide de la toute dernière version du logiciel de calibration i1Profiler de X-Rite. C’est avec cette solution que nous profilons tous les papiers de notre catalogue.

Le résultat est très significatif :

 

L’espace colorimétrique des verts aux rouges mesuré par la sonde de calibration est nettement plus étendu sur l’Espion Stylus Pro 9900. Ceci est confirmé par la comparaison visuelle ci-dessous. Les trames ci-dessous ont été imprimées sur le même papier et photographiées dans les mêmes conditions de prise de vue  :

 

L’augmentation de l’espace colorimétrique se confirme. On remarque également sur le zoom à droite les très francs progrès effectués sur les algorithmes de tramage des imprimantes dernière génération.

Alors si vous ne l’avez pas déjà fait, redécouvrez vos œuvres grâce à un tirage d’art réalisé par nos soins sur une imprimante bénéficiant des dernières avancées technologiques !

 

Author

Régis est le fondateur et directeur du laboratoire photographique TiragesPro. Après plusieurs années passées dans le monde de l’optimisation de production, il fait la constatation en 2009 qu’il est impossible de trouver un labo capable de tirer fidèlement ses images pour un prix raisonnable et décide de créer TiragesPro.
Basé sur la combinaison d’une gestion de commande attentive et d’une attention constante à la qualité, TiragesPro s’est imposé au fil des ans comme un des labos de pointe plébiscité par tous. Sa devise : « Les clients ne peuvent jamais être aussi maniaques que nous ! »

2 Comments

  1. Article intéressant, et globalement, très bonne idée de proposer des articles instructifs aux clients.

    Cependant, j’aimerais réagir sur deux choses.

    La première concerne l’approche de l’article, si au premier abord, vous abordez une simple question de gamut entre machines de différentes générations, vous déviez assez rapidement sur un éloge de votre labo à l’encontre de vos concurrents.

    Chose qui vous fait manquer un peu d’objectivité à propos de l’Epson 11880. Il est très réducteur de limiter les qualités de cette imprimante à des questions de gamut. L’Epson 11880 étant une imprimante un peu «  » » »élitiste » » » » assemblé à la main et équipé des meilleurs éléments (têtes d’impression, pompes, moteur, etc…), si elle est parfaitement utiliser (RIP professionnel comme Power Plotter) avec des papiers de qualité à fort gamut (Comme le Hanemühle Fine Art Baryta 325) parfaitement linéarisé et calibré (à l’aide de logiciel vraiment pro comme profil maker), vous aurez des résultats absolument remarquables, je n’ai pour ma part, pas le moindre soucis de tramage.

    Cependant, et j’insiste, cette imprimante, de par sa conception même (non usiné comme toutes les autres imprimantes) nécessite de réaliser sois même chaque profil très finement.

    • Bonjour,

      merci pour ce commentaire.
      La qualité de construction de la 11880 n’est pas ici mise en cause.
      Il s’agit ici d’un article sur la qualité d’impression qui peut être obtenue par une imprimante, à qualité de calibration égale.

      Et là, les 9900 sont, de par leur conception de nouvelle génération, largement au-dessus. C’est un fait.

      La démarche de qualité que vous semblez avoir nous est tout à fait sympathique. Nous profilons en effet nous même et avec des logiciels « PRO » tous les papiers que nous proposons et imprimons à l’aide d’un RIP « PRO ».

      Force est néanmoins de constater que cette démarche n’est pas celle de tous nos collègues.
      Peu de ceux-ci disposent des imprimantes dont nous disposons et encore moins profilent leurs papiers eux-même. Quant à calibrer chaque papier à l’aide d’une mire de 1720 patchs pour avoir une linéarisation parfaite, alors là…

Laisser un commentaire

Send this to a friend