Les nouvelles cartes SD de type UHS-II sont censées apporter un gain de vitesse très important lorsqu’elles sont utilisées avec un appareil compatible. Réelle avancée ou pure stratégie marketing ? Voici un test en situation de prise de vues.

Les cartes SD UHS-II sont-elles vraiment plus rapides - Les cartes SD UHS-II contiennent une deuxieme rangee de contacts - BLOGLes cartes UHS-II sont reconnaissables à leur 2e rangée de contacts. Elles sont compatibles avec les anciens matériels mais n’apportent de gain de vitesse qu’avec ceux qui sont compatibles.

Pour ce test en situation, nous avons choisi trois cartes de même capacité provenant du même fabricant, LEXAR Professional, dont la réputation n’est plus à faire.

Le boitier utilisé est un Fuji X-T1. Cet appareil supporte la nouvelle norme UHS-II et permet des rafales très rapides.

Les cartes testées

  • Lexar Professional 32 GB, UHS-II, 2000x — Voir sur Amazon »
  • Lexar Professional 32 GB, UHS-I, 633x — Voir sur Amazon »
  • Lexar Professional 32 GB, UHS-I, 400x — Plus disponible à la vente

Conditions du test

Chaque carte a été préalablement formatée en utilisant le menu de l’appareil.

Les réglages du boitier :

  • Mode rafale rapide CH
  • Enregistrement des fichiers au format RAW (33.1 MB)
  • Mise au point manuelle
  • Diaphragme le plus ouvert possible
  • Vitesse réglée à 1/4000 s.

Les déclenchements sont enregistrés à l’aide d’un enregistreur de son Zoom H4n.

Mesure et analyse

Voici les résultats comparés des 3 cartes testées. L’enregistreur de son permet d’avoir une mesure graphique très précise des déclenchements. Nous affichons ici 10 s après le premier déclenchement.

Les cartes SD UHS-II sont-elles vraiment plus rapides - Resultats du comparatif des cartes SD - BLOG

Lexar pro 32GB, UHS-II, 2000 x
 
Lexar pro 32GB, UHS-I, 633 x
 
Lexar pro 32GB, UHS-I, 400 x

Le boitier commence tout d’abord par remplir le cache. C’est la phase de déclenchements ultra-rapides visibles au début. Pendant cette phase, il n’y a aucune différence entre les cartes bien entendu puisque les facteurs limitants (obturateur, processeur, bus, vitesse du cache, …) ne dépendent pas de la carte.

Néanmoins, les cartes plus rapides permettent à l’appareil de vider le cache en arrière plan plus vite, permettant ainsi un plus grand nombre de photos avant saturation. C’est visible sur l’image.

Une fois le cache plein, le boitier doit alors attendre la fin de l’écriture d’une image pour pouvoir déclencher de nouveau. C’est pendant cette phase que la différence entre les cartes se fait sentir.

Graphiques

Nombre d’images

Nous affichons ici le nombre d’images qui ont pu être prises avant saturation du cache du X-T1 ainsi que le nombre total d’images prises en 10 secondes.

Carte testée
Images en cache
Images en 10 s
Lexar pro 32GB, UHS-II, 2000 x
22
42
Lexar pro 32GB, UHS-I, 633 x
21
29
Lexar pro 32GB, UHS-I, 400 x
20
22

Délai entre 2 images

Le graphique ci-dessous représente le délai moyen d'attente entre 2 déclenchements, une fois que le cache est plein.

Carte testée
Délai moyen
Images par seconde
Lexar pro 32GB, UHS-II, 2000 x
366 ms
2.73 i/s
Lexar pro 32GB, UHS-I, 633 x
919 ms
1.09 i/s
Lexar pro 32GB, UHS-I, 400 x
3145 ms
0.32 i/s

Conclusion

Les résultats sont relativement clairs. Les nouvelles cartes UHS-II, lorsqu'elles sont utilisées dans un appareil photo compatible, sont un énorme plus pour celui qui projette de fonctionner en rafale ou ne souhaite en aucun cas se retrouver à attendre la fin de l'écriture d'une image pour pouvoir shooter de nouveau.

Dans le cas où l'appareil utilisé serait doté d'un cache plus faible que le X-T1, l'utilisation d'une carte UHS-II serait un avantage encore plus important.

Faut-il pour autant investir ? À chacun de voir en fonction de son utilisation et de son budget. Les cartes UHS-II sont, à l'heure où nous écrivons ces lignes en mars 2016, nettement plus chères que les cartes UHS-I (environ 60 € pour la carte 2000 x de notre test contre 25 € pour la carte UHS-I 633 x).

Et si vous souhaitez aller plus loin, nous vous conseillons la lecture de l'article Les différents types de cartes SD.

Author

Régis est le fondateur et directeur du laboratoire photographique TiragesPro. Après plusieurs années passées dans le monde de l’optimisation de production, il fait la constatation en 2009 qu’il est impossible de trouver un labo capable de tirer fidèlement ses images pour un prix raisonnable et décide de créer TiragesPro.
Basé sur la combinaison d’une gestion de commande attentive et d’une attention constante à la qualité, TiragesPro s’est imposé au fil des ans comme un des labos de pointe plébiscité par tous. Sa devise : « Les clients ne peuvent jamais être aussi maniaques que nous ! »

Laisser un commentaire

Send this to a friend