Dans Derrière l’objectif, un photographe nous raconte une de ses images.

Aujourd’hui : Le spectateur de l’ombre racontée par Jérôme Obiols. Ou comment un spectateur s’incruste de nuit par bonheur dans le cadre…

Derriere l-objectif avec Jerome Obiols - Le spectateur de l-ombre - BLOG

Le spectateur de l’ombre

En cette fin d’été 2014, j’étais dans les Alpes dans la vallée de Chamonix. J’attendais le bon créneau météo pour aller photographier la voie lactée et les montagnes du massif du Mont-Blanc de nuit, discipline que les anglo-saxons appellent « nightscape » ou paysage nocturne.  Sur la proposition d’un ami photographe habitant sur place avec qui je fais régulièrement des sorties photos nocturnes, nous sommes montés à l’Aiguillette d’Argentière, qui fait face au massif du Mont-Blanc.

L’idée était de grimper au sommet de cette fine aiguille haute de plus de 20m pour s’y photographier à tour de rôle sur fond de ciel étoilé. C’est donc du matériel d’escalade qui est venu lester nos sacs, en plus de notre équipement photo. Arrivés sur place vers 21h30, c’est par nuit noire à la frontale que nous avons escaladé la voie à tour de rôle, exercice rendu délicat par l’obscurité totale.

Une fois le grimpeur sécurisé au sommet, je pouvais quitter mon rôle d’assureur pour aller le photographier depuis un point de vue intéressant que j’avais, tel le petit Poucet, marqué à la montée d’un petit cairn avant que la nuit ne s’installe, afin de pouvoir le retrouver et y poser mon trépied sans perdre de temps pour le cadrage.

Après avoir demandé à mon collègue de positionner son faisceau de frontale de façon a obtenir la composition que je désirais, je fis quelques vues au 14mm f/2.8 Samyang, mais je changeais rapidement pour mon Nikon 24mm f/1.4G, car je trouvais que le personnage était vraiment trop petit au 14mm, même si la voie lactée avait la part belle. J’apprécie beaucoup ce 24mm pour sa très grande luminosité, ce qui me permet de ne pas monter trop haut en sensibilité sans devoir dépasser 15s de pose afin de figer le mouvement des étoiles (ou plutôt celui de la Terre). Après avoir calé avec précision la mise au point à l’infini (chose très délicate de nuit avec des objectifs modernes sans butée fixe car l’AF est inopérant) je fis 4 images, avant d’aller faire redescendre mon ami de son perchoir pour le remplacer là-haut, car il s’impatientait de prendre des photos à son tour.

Ce n’est que le lendemain, en regardant les photos, que je me suis aperçu qu’un bouquetin était venu assister à cette scène cocasse en silence.  J’ai eu vraiment beaucoup de chance car en plus de s’être placé à un endroit permettant à sa silhouette de se détacher parfaitement des rochers, ce spectateur de l’ombre est resté quasiment immobile durant tout le temps de pose !

Jérôme Obiols


Date
1.9.2014
Boitier
Nikon D800
Objectif
Nikon 24 mm f/1.4G
Focale
24 mm
Exposition
13 s
Ouverture
f/1.4
Sensibilité
ISO 1600

Crédits photos :

  • Image Le spectateur de l’ombre : Jérôme Obiols
  • Portrait de Jérôme : Benjamin Orgogozo

1 Comment

Laisser un commentaire

Send this to a friend